L'agenda, Non classé, Social business & nouvelles solidarités

Assises de la Finance Participative : un nouvel horizon pour le secteur !

Ce lundi se sont tenues, au ministère de l’économie et des finances, les 1ères Assises de la Finance Participative. Réunissant plus de 800 participants, le constat est unanime : nous avons fait beaucoup de chemin depuis le lancement des premières plateformes de crowdfunding.

Ces assises rassemblant leaders d’opinion, représentants du gouvernement, acteurs du secteur, médias et grand public avaient pour objectif, d’une part de démocratiser le concept de financement participatif, et d’en dresser les contours. Mais aussi d’annoncer les avancées réglementaires et modifications législatives permettant à ce secteur de prendre l’essor qu’il mérite. Car les ambitions du crowdfunding sont grandes : Le magazine Forbes anticipe un marché de 1000 milliards de dollars en 2020 !

Néanmoins, le secteur était jusqu’alors dans un « no man’s land » réglementaire et juridique. Selon leur modèle (don avec ou sans contrepartie ; prêt rémunéré ou solidaire ; investissement en capital), les plateformes devaient se confronter à des régulations et agréments inadaptés et contraignants face au principe du « financement en 3 clics » sur Internet.

Fleur Pellerin l’a annoncé ce lundi lors des Assises organisées par l’association Financement Participatif France : les lignes vont bouger. Sans rentrer dans les détails, les principales pistes de réformes sont :

  1. la création d’un statut de conseiller en investissement participatif (CIP) ;
  2. la création d’un régime prudentiel dérogatoire pour certains établissements de paiement ;
  3. l’allégement des contraintes pour les offres au public de titres financiers réalisées dans le cadre du financement participatif ;
  4. l’assouplissement du monopole bancaire.

Cette dernière proposition est une avancée considérable au regard des bridages bancaires ancestraux. Un particulier aura désormais le droit de faire un prêt rémunéré à une personne physique ou morale sous condition de seuils qui seront fixés par décret.

Bien que le texte – soumis à consultation – mérite quelques commentaires et amendements, les annonces lors de cet événement à Bercy étaient de bons augures pour les plateformes de crowdfunding qui cherchent à se développer.

Cette journée a été également l’occasion pour la BPI France d’annoncer le lancement de son site http://tousnosprojets.bpifrance.fr/. Une plateforme agrégeant les projets à impact social, environnemental, culturel, économique, à financer par le grand public, dont ceux de Babyloan. Son objectif est de soutenir l’émergence en France de la finance participative au sens large, en mettant en avant ses différents opérateurs et les projets qu’ils proposent.

Tous modèles confondus, les plateformes françaises ont collectées 33 millions d’euros au premier semestre 2013 (contre 26 millions sur l’intégralité de l’année 2012), soit près de 24 000 projets soutenus jusqu’à juin 2013 (versus 17 500 en 2012).

Le nouveau cadre législatif devraient permettre de voir plus loin… reste plus qu’à harmoniser la réglementation à l’échelle européenne, ce qui semble nettement plus laborieux.

Billet précédent Billet sivant

Vous Pourriez Aimer

1 Commentaire

  • Répondre Le Limousin accueille un forum de la Finance Participative | AlloProd 30 octobre 2013 à 20 h 36 min

    […] des Assises de la Finance Participatif, le 30 septembre dernier, le potentiel de ce mode de financement innovant a été mis en avant : en […]

  • Laisser un commentaire


    *