Non classé

La 1ère conférence interdite aux adultes sur la Solidarité !

Chez Babyloan, nous croyons que c’est par l’éducation des générations futures que le monde changera…les maths, la grammaire, le sport et la flûte sont au programme des cours de nos enfants. Pourquoi pas la solidarité? ce n’est pas encore ce que propose Babyloan, mais presque – en tous cas, on espère y arriver bientôt.

On nous parle toujours des générations futures, mais elles sont présentes aujourd’hui ces générations futures…et ce sont nos enfants.


On nous parle aussi de refondre le système capitaliste, on nous dit que la crise financière mondiale a (eu) ceci de bon qu’elle nous a révélé la nécessité de revoir le système en profondeur : exit les paradis fiscaux, les parachutes dorés, les bonus indécents (encore que !) qui se chiffrent en dizaines de dizaines de milliards d’euros.

Mais ceci ne sont que changements de surface, ravalement et une fine couche de peinture pastel tout au plus pour rendre le capitalisme plus « doux » et humain. D’ailleurs quand on y songe, si les échafaudages de ce ravalement ont été posés, c’est le stand by pour bien des travaux, certains même ont déjà commencé le démontage.

J’écoutais jeudi 29 octobre sur France Inter pendant le sept-dix, Georges Ugeux, Ancien Vice- Président de la bourse de New York et Président de Galileo Global Advisors , qui expliquait qu’il fallait s’en prendre à la nature humaine pour un changement en profondeur. Que, sans cela, nous nous bercerions de douces illusions et ne serions jamais à l’abri d’un retour à la case départ.

Pourquoi et comment pourrions-nous espérer que nos enfants bâtissent un monde plus juste où la lutte contre les inégalités et le bien commun priment sur la poursuite de l’intérêt et du confort personnels maximum s’ils ne savent pas ce qu’est la solidarité? C’est un enjeu de société ni plus ni moins.

L’instruction civique s’est progressivement glissée dans les programmes d’école de nos bambins, qui inclut une petite évocation de la solidarité internationale. Il faut aller beaucoup plus loin, la solidarité doit être un enseignement à part entière au même titre que l’économie qui, elle, ne doit pas disparaitre des programmes. Voulons-nous faire de nos enfants des moutons de consommation ou des acteurs engagés du monde de demain ? A tout le moins nous avons l’obligation de leur mettre toutes les cartes en main, c’est le moins que l’on puisse faire, ne serait ce que par respect pour ceux qui n’ont rien.

Les étudiant de nos jours se ruent sur l’humanitaire, histoire d’inscrire une belle histoire sur leur cv avant de réintégrer, pour beaucoup d’entres eux,  une carrière classique (vous savez, banquier, auditeur, gestionnaire, fonctionnaire etc…). Il y a dix ans ils commençaient directement par la carrière classique…c’est un début

Pour la première fois en France, une conférence solidaire « interdite aux adultes » est organisée pour les moins d’1m50.

Dimanche 9 novembre à 15h00, au théâtre du Jardin d’acclimatation, les clowns de la compagnie Pile Poil, Maria Nowak, fondatrice de l’ADIE et Arnaud Poissonnier, fondateur de Babyloan (ci dessous les photos des intervenants enfants) échangeront avec 300 enfants de 8 à 12 ans sur la solidarité…les inscriptions ont dû être cloturées bien avant l’heure tant la demande était forte… ça aussi, c’est bon signe.

Et alors peut être que demain dans les cours de récré, on pourra entendre :
– « Même pas vrai, c’est mon père le plus fort. Dans son travail, il a relogé 200 familles qui avaient perdu leur maison ! »
– Ouais, ben moi, le mien, il a vendu son 4×4 et a acheté une Prius et il a bricolé les fenêtres tout le week-end pour mieux isoler la maison.
– « Ouais ben moi, je vous parie 3 calots que c’est mon papa qui parraine le plus de micro-entrepreneurs dans les pays pauvres ! ».

Qu’on se le dise, demain et si nous les y accompagnons, nos enfants privilègeriont peut-être le Social Business. Doux rêve ? Pas si sur !!

Billet précédent Billet sivant

Vous Pourriez Aimer

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire


*