Non classé

La microfinance, c’est aussi en France!

On le sait, la microfinance permet de soutenir des micro-entrepreneurs de pays pauvres. Cependant c’est aussi un outil déterminant pour favoriser l’intégration professionnelle et sociale des exclus de nos sociétés occidentales. En France, les initiatives de micro-crédit se multiplient à l’échelle du territoire.


On distingue principalement deux sortes de micro-crédit en France: le micro-crédit productif octroyé exclusivement pour créer une petite entreprise et le micro-crédit personnel, qui peut accompagner une personne en difficulté dans la réalisation d’un projet hors création d’entreprise (achat d’un véhicule ou obtention du permis de conduire, équipement pour un nouveau logement, dépenses dues à un accident de la vie, divorce, maladie etc).

Le micro-crédit « productif »

Le micro-crédit productif est délivré par plusieurs associations en France dont la plus importante est l’ADIE : l’Association pour le Droit à l’Initiative Economique. Fondée en 1989, son action a permis a plus de 50 000 entrepreneurs, principalement des demandeurs d’emplois et des bénéficiaires du RMI, de se lancer dans la création d’entreprise ou de développer un commerce existant.

Un accompagnement personnalisé:

Outre le fait que l’association fasse confiance à des personnes exclues du système bancaire classique, la particularité des services proposés par l’ADIE réside dans l’accompagnement au micro-entrepreneur, qui ne se retrouve seul, ni face aux contraintes administratives et juridiques, ni face à la gestion et au développement de son entreprise.

De nouvelles tendances: le micro-crédit personnel:

Longtemps considéré comme « réservé » aux pays en voie de développement, la microfinance a ajourd’hui le vent en poupe: c’est ainsi que les collectivités locales commencent elles aussi à proposer des systèmes de micro-crédit permettant aux habitants de nombreuses régions de contracter des micro-crédits sociaux dits « micro-crédits personnels« .

En Ile de France, le micro-crédit personnel a aujourd’hui un peu plus de 6 mois d’existence. Plus de 4 000 personnes ont déjà contacté le crédit municipal de Paris, en charge du développement du micro-crédit personnel. Beaucoup d’entre elles ont été redirigées vers d’autres dispositifs (notamment vers les services sociaux de la ville de Paris). A ce jour, 98 micro-crédits ont été accordés : 35% concernent l’accès ou le maintien dans l’emploi, 26% l’accès à la formation, 18% l’accès à la santé et 12% l’aménagement ou l’équipement du logement.

Une nécessité renforcée par la crise:

Ces outils dont le développement s’accélère à l’heure actuelle (la microfinance est une des solutions avancées aussi bien par certains chercheurs en économie que par Martin Hirsch, le haut commissaire aux solidarités actives contre la pauvreté) permettent l’intégration professionnelle et sociale de personnes qui n’ont pas accès aux prêts bancaires classiques. Tout d’abord car ils ne présentent généralement pas assez de garanties quant aux remboursements du prêt mais aussi car il n’est pas rentable pour les banques de consentir à des prêts de moins de 5000 euros. Pourtant, le micro-crédit joue un rôle essentiel dans la prévention et la lutte contre la précarité, qui se renforce avec la crise mondiale.

Billet précédent Billet sivant

Vous Pourriez Aimer

3 Commentaires

  • Répondre Jori 19 mai 2009 à 0 h 41 min

    Bel article sur les microcrédits personnels en France. Je tiens juste à préciser que le lien vers le site du micro crédit municipal est erroné : c’est http://www.microcredit-municipal...

  • Répondre grl 15 septembre 2009 à 14 h 20 min

    Quoi d’étonnant à ce que la microfinance débarque ici aussi ? Au train où vont les choses, on n’entendra plus parler que de ça.

  • Répondre Boursorama banque 29 novembre 2009 à 14 h 32 min

    Mes microneurones n’arrivent pas à comprendre ce qu’il y a de nouveau dans le microcrédit. Il a toujours microexisté.

  • Laisser un commentaire


    *