L'agenda, Non classé, Social business & nouvelles solidarités

Quand les nouvelles technologies changent le monde!

La Social Good Week a démarré mardi dernier avec une conférence plénière de haute qualité !

La Social Good Week, c’est une manifestation initiée par Mailforgood et fruit du travail collectif d’une trentaine d’organisations dont l’objet social s’appuie sur les nouvelles technologies. Du 25 septembre au 2 octobre, la Social Good Week propose des évènements partout en France, qui réunissent développeurs, entrepreneurs sociaux, blogueurs, activistes, professionnels et citoyens !

La soirée de lancement du 25 septembre à l’université Paris Diderot a débuté par des exemples de changements initiés grâce aux nouvelles technologies :

–          Les pétitions en ligne : Benjamin des Gachons, Change.org

La pétition est un moyen de mobilisation citoyenne ancestrale. Elle existe depuis le tout début du 19ème avec le lancement de la pétition contre l’esclavage. Aujourd’hui, des sites tels que Avaaz.org, SignOn.org, GetUp ou Change.org changent la donne et font prendre une toute nouvelle ampleur aux pétitions.
Environ 45 millions d’internautes utilisent ces plateformes. Des parutions ont évidemment critiqué cette forme de mobilisation citoyenne numérique l’accusant de « clicktivism » : l’internaute consumériste n’a qu’un clic à faire, l’action est facile et l’implication très limitée. Néanmoins, ces pétitions en ligne ont prouvé leur efficacité. On peut citer l’exemple de la pétition initiée par Benoit Coulon sur Change.org et adressée au directeur des sports de France Télévisions « Donnez aux Jeux Paralympiques la place qu’ils méritent ». La pétition a fait le buzz et France Télévisions a revu sa grille de programmes pour donner plus de visibilité aux Paralympiques, à heure de grande écoute. Les pétitions commencent également à être utilisées dans les processus institutionnels. Aux Etats-Unis, la Maison Blanche vient de lancer une application « We the people » permettant à tout citoyen de créer, voter et faire voter une pétition !

–          L’open-source : Florence Devouard, Wikimédia Fondation

Des outils open-source incroyables font leur apparition. Logiciel libre, openhardware (publication de la méthode de fabrication de certains objets et outils), cartographie libre… autant de moyens de permettre l’accessibilité à tous.  L’exemple d’OpenStreetMap qui a permis la mise en place d’une cartographie libre suite au tremblement de terre en Haïti ayant fortement aidé l’équipe humanitaire en est un bel. Le problème est que ces projets fonctionnent sur le don et le bénévolat, leur pérennité est difficile.

–          Les opportunités de lever des fonds : Pierre-Guillaume Wielezyncki, Programme Alimentaire Mondial

Pour permettre aux programmes humanitaires de lever des fonds, pourquoi ne pas exploiter les modèles de l’économie classique ? Il faut être innovant, il faut attirer le citoyen, et le World Food Programme (WFP) l’a bien compris en lançant le jeu FreeRice. A chaque bonne réponse de l’internaute aux questions posées sur le site, l’internaute collecte 10 grains de riz pour le WFP. Ce sont 150 000 personnes qui jouent par jour et ainsi des milliers de repas distribués grâce aux bannières publicitaires du site. De même, le lancement d’un partenariat avec Facebook et le jeu FarmVille a permis de collecter 1,5 million de dollars pour l’urgence en Haïti. En échange de leur contribution, les joueurs-internautes ont reçu un « biscuit vitaminé » virtuel qui leur a permis d’avancer plus vite dans le jeu. Cette opération a été un véritable succès tant au niveau de la collecte pour WFP, de la notoriété pour Zynga (créateur du jeu FarmVille), et de la pédagogie et sensibilisation effectuée auprès du grand public. La vidéo de remerciement élaborée par WFP « Thank you FarmVille Farmers » a reçu 3,5 millions de « like » !  Ainsi, c’est une nouvelle perception de la solidarité qui émerge via les technologies, et de nouvelles possibilités. Nous sommes en train de passer d’une solidarité ponctuelle et personnelle voire intimiste à une solidarité collective, collaborative et visible.

Suite à ces trois exemples phares de ce que peuvent permettre les nouvelles technologies dans le domaine de la solidarité a suivi un débat sur les évolutions et perspectives du numérique solidaire. Ce débat a rassemblé Stéphane Roussel (PDG de SFR), Benoit Charpentier, (DG adjoint de 20 Minutes), Nicolas Hazard (Président du Comptoir de l’Innovation), Stefano Zacchiroli (Maitre de conférences à Paris Diderot) et Frédéric Théret (Directeur de la communication d’ACF).

Pour financer la solidarité et l’humanitaire, l’une des voies est d’aller se greffer aux solutions commerciales a  expliqué Frédéric Théret. Une autre voie est de placer le donateur au centre du débat : la méthode archaïque de fournir de l’information aux donateurs est petit à petit abandonnée pour placer ce dernier dans la mécanique du projet et le faire participer. Les entreprises sont de plus en plus impliquées dans les actions solidaires. Mais comme le souligne Stéphane Roussel, elles doivent être en lien avec l’activité de la société afin d’impliquer toutes les parties prenantes dans le projet : clients, salariés et actionnaires. C’est une condition de succès des projets, de même que la reconnaissance de l’implication de ses collaborateurs. Nicolas Hazard a souligné l’importance des acteurs de terrain. Il ne faut pas passer au tout numérique, nous devons répondre aux besoins identifiés et pour cela, s’entourer d’opérateurs terrains dont c’est le métier, et pas uniquement de développeurs capables d’élaborer des outils technologiques de collecte innovants qui ne répondraient à aucune demande, à aucun besoin. En effet, nous tendons vers une « gadgétisation » de la solidarité à laquelle il faut être précautionneux. Il est nécessaire que le numérique ne prenne pas le pas sur la responsabilisation, la conscientisation des citoyens.

La soirée a été conclue par un mot de Claude Bébéar (Président d’honneur d’Axa et fondateur de l’IMS-Entreprendre pour la Cité) axé sur le rôle des entreprises dans la solidarité et les grandes avancées qui sont faites en termes d’engagement social et solidaire de la part des dirigeants.

Billet précédent Billet sivant

Vous Pourriez Aimer

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire


*