Non classé

Rapport 2011 de la Campagne du Sommet du Microcrédit

En mars, la Campagne du Sommet du Microcrédit a publié son rapport 2011. Celui-ci vise à faire un état des lieux concernant les avancées du secteur de la microfinance. Babyloan vous fait un résumé ici.

L’un des objectifs fixés lors du 2nd lancement de la Campagne en 2006 était d’ « assurer que 175 millions de familles les plus pauvres au monde, particulièrement les femmes de ces familles, reçoivent un crédit et d’autres services financiers leur permettant d’exercer une activité économique indépendante d’ici 2015 ».

Aujourd’hui, d’après le rapport de la Campagne du Sommet du Microcrédit (CSM), 128 millions de familles ont reçu un microcrédit en 2009. Si on comptabilise les membres touchés indirectement, ce sont 641,1 millions de personnes qui ont bénéficié de services financiers.

Le rapport se réfère aux données de 3 589 Institutions de Microfinance (IMF). Ces dernières ont octroyées des services financiers à plus de 190 000 000 clients, dont près de 70% considérés comme faisant partie des plus pauvres. Parmi ces « pauvres », 81,7 % sont des femmes.

Le 2ème objectif fixé par la CSM en 2006 était d’ « aider 100 millions de familles à s’élever au dessus du seuil de 1,25 $ par jour, ajusté à la parité du pouvoir d’achat (PPA) entre 1990 et 2015». Cet objectif est difficilement mesurable. Cependant une étude commissionnée par la Campagne montre qu’au cours des 19 dernières années, presque 2 millions de ménages clients de la microfinance au Bangladesh ont dépassé le seuil de pauvreté de 1,25$/jour (soit environ 10 millions de membres de ces familles).

Le rapport 2011 de la CSM évoque également les opportunités qui découlent d’une meilleure connaissance de la situation des clients, les avancées technologiques faites qui permettent de mieux s’adapter aux besoins des bénéficiaires, la communication exagérée de l’impact de la microfinance et les controverses qui touchent le secteur.

De plus, la Campagne du Sommet du Microcrédit annonce la mise en place d’un processus consultatif visant à créer un « label d’excellence » afin d’apporter une reconnaissance aux institutions assurant le mieux leur mission sociale.

[Pour plus de détails, lire le rapport]

Billet précédent Billet sivant

Vous Pourriez Aimer

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire


*