Nos partenaires sur le terrain

Des nouvelles de Carmen Teresa, couturière en Equateur !

Vous avez été plus d’une vingtaine à financer cette micro-entrepreneuse équatorienne sur notre site, individuellement, par groupe, ou à travers des Défis Solidaires (comme celui de DDB Share). Grâce à notre partenaire terrain CEPESIU nous avons récemment reçu de ses nouvelles. Venez découvrir son histoire !

Carmen Teresa Valdiviezo Guevar est une micro-entrepreneuse de 44 ans. Elle vit avec son mari et ses trois enfants à San Jose de Tapi, quartier au sud de la ville de Riobamba, à 200 km au Sud de Quito, la capitale.

C’est grâce à sa mère que Carmen a appris à coudre et confectionner des vêtements quand elle était très jeune. Avec le temps et les nécessités de la famille et du ménage elle a décidé de faire de son savoir-faire son métier : elle a mis en place un atelier de couture dans sa maison !

Afin de pouvoir développer son activité et son offre, Carmen s’est tournée vers Cepesiu pour obtenir un microcrédit. Avec les premiers 240 € elle a pu acheter une machine à coudre qui a permis d’augmenter sa production et améliorer son efficacité. Cela l’a encouragée à poursuivre dans la démarche et à demander un nouveau microcrédit pour acheter des tissus de qualité destinés à la confection de vêtements. Vu le succès de ses produits elle s’est lancé un nouveau défi : la confection de draps. Grâce à un troisième microcrédit obtenu toujours par Cepesiu elle a eu l’argent pour acheter du tissu adapté et a pu se lancer dans cette nouvelle activité. Cela fait maintenant 15 ans que Carmen reçoit ses clients chez elle, et qu’elle les fidélise grâce à son sérieux, à son dynamisme et à son bon travail.

Aujourd’hui, Carmen  est heureuse de pouvoir contribuer aux revenus de sa famille avec son atelier. Cela complète le salaire de son mari qui est chauffeur de bus longue distance à Riobamba. Grâce à cela Carmen rêve que ses enfants qui aujourd’hui fréquentent un modeste lycée local puissent aller au bout de leurs cursus et trouver ainsi un bon travail pour la suite.

Billet précédent Billet sivant

Vous Pourriez Aimer

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire


*