Nos partenaires sur le terrain

Le carnaval en Equateur

On ne peut pas présenter le carnaval en Équateur comme une seule et unique entité. En effet, chaque région fête le carnaval de manière complètement différente. Une chose cependant est commune à presque toutes les régions, c’est l’utilisation d’eau et de mousse pour s’asperger entre amis ou en famille. En particulier dans les villes et villages de la côte et de la montagne, ces pratiques sont très vivaces et on utilise même parfois de la farine, des œufs, ou de l’huile.

L’ambiance est partout à la fête et les gens sont tous très gais et d’humeur joueuse. Dans de nombreuses villes, il y  a des défilés de chars, des spectacles de rues, des concerts en plein air et des expositions.

Le carnaval de Guaranda (au sud de Quito dans la montagne) est un des plus connus, car énormément de gens s’y retrouvent seulement durant ces quelques jours. On y boit en particulier un alcool nommé « Parajo Azul » qui est une eau-de-vie à base de fruits et de canne à sucre. Le carnaval d’Ambato (Sud de Quito dans la montagne) honore quant à lui les fleurs et les fruits, avec des défilés de chars décorés et des spectacles. A Guayaquil, les bombes à eau et la mousse ont été mises de côté au profit de manifestations culturelles qui s’adressent à tout type de public : défilés, représentations théâtrales, et concerts sont organisés tout au long de ces quatre jours. Sur la côte, des festivals internationaux de culture afro-américaine sont organisés, car cette culture est particulièrement forte dans cette partie de l’Équateur.

Contrairement au reste du pays, Quito, la capitale, n’est pas l’endroit ou le carnaval est le plus présent. En effet, de nombreuses dispositions légales empêchent les batailles d’eaux et de mousse, et la plupart des Quiténiens profitent de ce pont de quatre jours pour quitter la ville.

Tout de même, quelques évènements étaient organisés. En particulier une exposition impressionnante de masques a été installée pour le carnaval, le long de l’avenue des Nations Unies (dans le nord de Quito). Ces masques sont l’allégorie du carnaval andin, avec par exemple des représentations de Supay le diable andin, d’esprits de la nature, ou d’animaux mythiques.

Si on devait résumer en une phrase le carnaval en Équateur, on dirait que ce sont quatre jours durant lesquels les Équatoriens se sentent en vacances, où la fête, la musique, les couleurs (des habits de fêtes, des fruits, des masques), et les traditions andines sont omniprésents. On a l’impression que les petits problèmes quotidiens de la vie ont comme disparu.

Billet précédent Billet sivant

Vous Pourriez Aimer

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire


*