Nos partenaires sur le terrain

Le dégel des prêts Ondoy

Cela fait maintenant 6 mois que le Typhon Ondoy a touché les Philippines et il reste encore des traces malgré l’effort de la population pour remettre le pays en bonne voie.

Notre institution de microfinance partenaire aux Philippines, ICDC, a également souffert car les bidonvilles où vivent la majorité de ses clients ont été détruits par le typhon. Pour lui permettre de reprendre son souffle, et laisser le temps à ses clients de reprendre leurs activités normales, Babyloan avait décidé de geler les prêts et de reprendre les remboursements 6 mois plus tard. Nous y sommes donc, c’est le dégel !
A partir de maintenant, les babyloniens qui ont prêté juste avant le typhon vont recommencer à recevoir le remboursement de leur prêt, là où ceux-ci se sont arrêtés en octobre de l’année dernière.

Pour aider ses clients à repartir de bon pied après le typhon, ICDC a élaboré tout un plan de restructuration. Les prêts considérés comme étant récupérables ont été rééchelonnés dans le temps dans le but de laisser plus de temps au micro-entrepreneur pour se relancer. Pour compléter cela, l’institution a octroyé un deuxième prêt de 4000 pesos (67 euros) pour les aider à faire face aux difficultés, s’ils s’engagent à rembourser leur premier prêt.

Zeny, la directrice d’ICDC, a fait le tour de ses clients pour comprendre leur situation au cas par cas et pour les motiver à reconstruire leur activité. Elle est proche de ses micro-entrepreneurs et fait de son mieux pour récupérer au maximum, même petit à petit, les remboursements de ses prêts. ( d’ailleurs, Zeny sera à Paris à la fin du mois de mai pour rencontrer de nouveau l’équipe Babyloan et faire le point sur les événements. )

Dans sa phase de restructuration ICDC est soutenue par Entrepreneur du Monde et Babyloan, qui collaborent pour suivre la situation de l’institution de près et soutenir la directrice d’ICDC et son équipe dans leurs actions sur le terrain.

Billet précédent Billet sivant

Vous Pourriez Aimer

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire


*