Nos partenaires sur le terrain

Les microentrepreneurs, leurs prêts et SEDA

Peu après mon arrivée chez SEDA ce jeudi matin, Ms Ha m’annonce que nous allons suivre l’une des agents de crédit pour assister à une réunion de groupe un peu particulière, puisque la responsable de l’agence se déplace spécialement pour distribuer les prêts récemment accordés à des microentrepreneurs. Cramponnée à l’arrière de sa moto, je suis fin prête pour sillonner les chemins  de campagne  sur lesquels nous croisons une nuée d’écolières vêtues de leurs uniformes impeccables bleu marine et blanc, foulard rouge au vent, au milieu des rizières d’un vert époustouflant dans lesquelles quelques femmes portant le traditionnel chapeau conique sont en train de travailler.
Nous arrivons finalement devant la salle publique du village, solennellement décorée à l’effigie du parti communiste. A l’intérieur, le portrait de l’oncle Ho veille sur l’assemblée qui attend patiemment que Ms Huong, la responsable de l’agence n°1, lance la réunion.
Après un bref discours introductif pour rappeler le fonctionnement d’un microcrédit et le système de caution solidaire, chacun des 15 clients présents est appelé pour signer le contrat qui le lie à SEDA et recevoir l’argent correspondant au montant du prêt qui lui a été accordé, ainsi que le carnet individuel de suivi des remboursements qui sera rempli hebdomadairement par l’agent de crédit lors de la collecte.

Les microentrepreneurs SEDA: une grande majorité de femmes!

Les sourires qui illuminent les visages détendus ayant reçu l’argent contrastent avec les mines graves des microentrepreneurs qui attendent encore patiemment leur tour.

Nguyet Nguyen Thi, 34 ans, est l’une d’entre eux. Il s’agit de son 4ème microcrédit chez SEDA, qu’elle a connu via le Women’s Union, qui œuvre auprès des femmes vietnamiennes à travers tous le pays. Ces cycles de prêts successifs lui ont permis d’investir dans son activité principale, un magasin de légumes où son mari, ouvrier dans le bâtiment, la seconde lorsqu’il n’est pas employé sur un chantier de construction. Elle cultive également du riz, mais la vente de légumes constitue une source de revenus plus stable. Elle a vu ses gains augmenter à mesure qu’elle élargissait la gamme de produits en vente dans son petit magasin, leur achat a été financé grâce aux prêts qu’elle a obtenus et remboursés. Désormais, ses deux enfants sont scolarisés dans de meilleures conditions et elle est moins inquiète quant à la avenir, ses conditions de vie se sont sensiblement améliorées et elle est fière d’avoir pu suivre une courte formation à l’informatique.

Le sourire radieux de Nguyen après l'obtention de son 4ème micro-prêt

Billet précédent Billet sivant

Vous Pourriez Aimer

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire


*