Nos partenaires sur le terrain

Ondoy, Philippines : un an après le cyclone


Il y a un an bientôt, le 26 septembre 2009, le typhon Ondoy engendrait des inondations dramatiques et inégalées depuis 40 ans à Manille. Les 85 000 habitants de Tatalon, ou ICDC, notre partenaire local opère, ont vu les eaux monter jusqu’à 3 mètres à certains endroits et le quartier a subi des incendies meurtriers dus aux chûtes de câbles électriques.

L’objectif immédiat (avec le généreux soutien des Babyloaniens) a été de secourir les habitants en détresse, membres ou non d’ICDC en distribuant, vivres, eau potable, médicaments et matériaux pour reconstruire leur maison. Mais le vrai challenge pour ICDC était de permettre à cette communauté de se relancer d’elle-même et de permettre aux micro-entrepreneurs de générer au plus vite des revenus.
Que s’est-il passé depuis ?

Un plan de restructuration a été mis en place a la fin 2009. Ce plan a consisté à annuler la dette d’environ 700 micro-entrepeneurs qui avaient tout perdu. De plus, pour les 1 800 micro-entrepreneurs moins touchés, le remboursement des prêts a été suspendu pendant 6 mois et il leur a été proposé un ré-étalement de leur crédit en cours et l’accès à un nouvau prêt de 2 000 a 4 000 pesos (33 a 66 euros environ) pour bénéficier de liquidités immédiates et ainsi reconstituer rapidement leur outil de travail.

Un an après, une grande majorité des bénéficiaires d’ICDC ont repris leur activité, mais doivent aujourd’hui encore faire face aux difficultés résultant du sinistre de l’année précédente. Ainsi Ils ont du assumer des dépenses importantes afin de racheter ce qui avait été perdu (vêtements, meubles et fournitures scolaires). De plus, l’insalubrité  résultant des innondations a provoqué une forte dégradation sanitaire avec pour résultat de nombreuses infections et maladies générant des frais de santé supplémentaires.

En parallèle, la coopérative a connu une rotation des employés très élevée les mois suivant le sinistre car les conséquences matérielles et psychologiques de la catastrophe ont également affecté les employés (qui habitent Tatalon aussi)  provoquant un certain découragement et pour certains un départ d’ICDC.

Tous ces facteurs ont eu un impact significatif sur le taux de remboursement de micro-prêts. Ceci, combiné avec le montant des passages en perte des prêts les plus sérieusement affectés représentant près de 1 million de pesos (16 500 euros), ont pesé lourdement sur le fond de crédit de la coopérative. Ainsi, ICDC n’a pu octroyer que très peu de prêts à de nouveaux bénéficiaires et sa capacité financière et opérationnelle est restée très fragile et précaire.

L’activité est aujourd’hui ralentie. Les équipes se sont légèrement étoffées de nouveau, mais leur manque d’expérience accentue le temps nécessaire pour recouvrir les portefeuilles sensibles laissés suite au plan de réhabilitation. Ceci dans un contexte ou il y une réelle demande des familles voulant démarrer ou étendre leur micro-entreprise, mais qui n’ont pas accès à un capital de départ. Ces familles ont besoin d’un partenaire comme ICDC dont la vocation sociale et humaine est essentielle à leur développement socio-économique.

Un nouveau plan de restructuration a été mis en place. Il consiste à nettoyer le portefeuille de tous les prêts contractés par les familles qui souffrent des conséquences d’Ondoy. Parallèlement, l’équipe des agents de crédit va être renforcée afin d’améliorer les taux de remboursement et d’accompagner le redéveloppement du portefeuille de prêts. Ceci permettra de repartir rapidement sur une croissance durable. Pour cela, ICDC en partenariat avec Babyloan et Entrepreneurs du Monde (EDM), cherche actuellement de nouveaux financements auprès d’institutionnels et d’ONGs.

Pour assurer l’application de ce nouveau plan de restructuration, deux expatriés francais sont basés  chez ICDC depuis Aout 2010. L’un est un volontaire pour une période de 6 mois recruté chez ICDC par le biais de Babyloan. L’autre est un staff permanent d’EDM avec une mission de deux ans aux Philippines.

Nous nous sommes toujours attachés à soutenir ICDC tant nous sommes sensibles à son action dans les bidonsvilles de Manille mais ne pouvons vous cacher que sa situation reste risquée. Les six prochains mois seront décisifs pour  déterminer la capacité de survie ou de relance d’ICDC et donc sa capacité à  rembourser les babyloaniens qui ont soutiennent la coopérative jusqu’à maintenant.

Billet précédent Billet sivant

Vous Pourriez Aimer

1 Commentaire

  • Répondre violaine 20 septembre 2010 à 21 h 17 min

    une pensée pour ICDC…c’est une IMF magnifique, qui aide vraiment les personnes les plus démunies. Pour avoir été à leurs cotés pendant presque un an je ne peux pas douter que Zeny va continuer de se battre avec courage et patience comme elle l’a toujours fait afin d’offrir aux habitants de Tatalon un peu d’espoir.

  • Laisser un commentaire


    *