Nos partenaires sur le terrain

Quand le (micro) financeur se fait urbanisateur


Afodenic et ses partenaires espagnols, la Fondation Barceló et Paz y Tercer Mundo (aujourd´hui Mundubat) ont pensé, financé, construit puis inauguré en 2007 le Residencial Bosques de Juigalpan, un complexe résidentiel privé de 500 maisons en périphérie de Juigalpa, ville principale de la région agricole de Chontales au Nicaragua. L´investissement à caractère social fut réalisé par la Fondation Barceló, à hauteur de 5,5 millions de dollars prêtés sans intérêt à Afodenic.

Le but de cette véritable opération d´urbanisation était alors de donner accès au logement et à la propriété, et plus précisément à l’achat d’une petite maison, à des familles en majorité modestes travaillant dans les secteurs de la santé, de l’éducation et des services de la Ville, qui connaissaient une pénurie de logement à Juigalpa.

Pour donner une idée du coût de la construction à Juigalpa, ces bungalows –tous identiques à l`achat– de 53m2 coûtaient 11 000 dollars en 2005 (aujourd´hui ils atteindraient le double, 22 000 dollars). Pour un tel achat, les familles se sont endettées au maximum sur 14 ans à un taux d’intérêt social de 4%… Le projet de lotissement intégrait alors une diversité de services indispensables : sécurité, eau potable et traitement des eaux usées, entretien et propreté des rues, et de services complémentaires comme une école maternelle et un supermarché.

Cinq ans après sa création, le Residencial est devenu un véritable quartier de Juigalpa, très tranquille le jour puisque la grande majorité des habitants travaillent “en ville”, mais qui s’anime le soir au retour des écoliers puis des parents. Il a connu des succès tels l’arrivée de l’eau potable, d’un système de traitement des eaux usées, la création de la maternelle en 2007 et du supermarché Tiangue Cocibolca début 2011. Il s’agit également d’un projet générateur d’emploi formel puisque Afodenic emploie aujourd´hui 22 personnes au sein du lotissement: un gérant, un conseiller juridique, un ingénieur garantissant le bon fonctionnement des équipements, un responsable de l´usine de traitement des eaux usées, un gardien, un responsable de l´entretien des rues, 10 vigiles se relayant 24h/24 pour assurer la sécurité, 6 employés du supermarché et 2 professeurs au sein de la maternelle.


Un tel projet ne va cependant pas sans obstacles : le lotissement a notamment été fortement impacté par le Movimiento de No Pago (« Je ne paierai pas »), un mouvement de contestation des pratiques des institutions de micro-finance né en 2008 au sein d´un groupe de clients producteurs et commerçants du Nord du Nicaragua, qui s´est étendu à l´ensemble du pays et à d´autres types de clients… ainsi, quelques familles ayant acheté une maison dans le Residencial à l´aide d´un crédit proposé par Afodenic ont (par conviction politique ou opportunisme) cessé de payer leurs mensualités en 2009 et appelé au boycott des services provenant d´Afodenic, affectant non seulement le recouvrement des crédits au logement, mais également la participation des familles aux dépenses du service de vigilance, d´éclairage, d´entretien de l´asphalte… ou encore l´affluence du supermarché.

Afodenic a donc dû recourir à la voie judiciaire pour traiter avec certaines de ces familles qui avaient arrêté de payer pendant des mois, mettant en péril la survie du projet tout entier. A l´heure actuelle, 2 expulsions ont eu lieu et 28 procédures judiciaires sont en cours. Le mauvais état des rues est une autre pomme de discorde entre l´institution et les habitants, ce qui y rend la circulation difficile et donne aux taxis un motif pour faire payer la course le double de ce qu´il en coûte à Juigalpa ($1 contre 50 cents en ville)!

Les défis actuels pour le Residencial sont multiples : outre réussir à assurer des services performants aux habitants malgré les défauts de paiement, à se plier aux règles nombreuses sanitaires, sociales, professionnelles, administratives que chaque service implique, Afodenic doit se projeter dans l´avenir et rendre soutenables financièrement et administrativement les services qu´elle rend (et pour partie subventionne), en repensant pour certains leur modèle économique et en transférant leur gestion à d’autres acteurs à l´horizon 2019, dernière année des remboursements de crédits et fin de son rôle de financeur et d´administrateur du projet. Ces nouveaux acteurs impliqués seront principalement la Mairie pour certains services (asphalte, collecte des ordures), l´entreprise nationale d´électricité ENACAL, ou un conseil de quartier (junta de vecinos) pour ce qui est du service de sécurité ou de l´école maternelle… acteurs avec lesquels Afodenic pourrait co-développer avant 2019 d´autres projets aujourd´hui en gestation, tels la création d´un dispensaire et d´un terrain de sport (le baseball et le football étant particulièrement populaire au Nicaragua) dans le Residencial…

Billet précédent Billet sivant

Vous Pourriez Aimer

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire


*