Nos partenaires sur le terrain

Sodelba et Ana María, fromagères à Juigalpa, Nicaragua

Découvrez les portraits de Sodelba et d’Ana Maria, fromagères au Nicaragua que vous avez soutenu. Ces portraits sont réalisés par Viviane, volontaire sur le terrain chez notre partenaire.

Sodelba et Ana María vivent dans deux quartiers différents de Juigalpa mais leur passion et spécialité commune est la transformation du lait en crème fraîche et fromage.

Au Nicaragua on en consomme essentiellement de trois types : le queso s’apparenterait à une fêta très salée, la cuajada y ressemble fort mais après avoir demandé à toutes mes connaissances nicaraguayennes quelle était la différence entre les deux, je suis toujours incapable de l’expliquer (« elle se prépare différemment », « elle te dure plus longtemps… »), et enfin le quesillo, plus proche de la mozzarella…

Ana María prépare aussi des glaces délicieuses à base de lait et de fruits, qu’elle garde bien au frais dans le réfrigérateur acheté grâce à un prêt d’AFODENIC refinancé par Babyloan.  J’aurai la chance de goûter les parfums framboise et noix de coco… Inoubliable !

Comment ont-elles appris ces secrets de laitières ? Toutes les deux ont vu faire leurs parents dans la ferme (finca) dans laquelle elles ont grandi, comme il y en a des milliers dans la région de Chontales où l’élevage et l’agriculture sont les principales activités économiques.

Sodelba nous explique que chaque matin, on lui livre 60 galones (227 litres) de lait à 1€ l’unité, dont elle obtiendra en cinq heures de préparation 66 kilos de fromage vendus 90 centimes le kilo, et 15 litres de crème à 65 centimes le litre… la calculatrice de Sodelba nous affiche le bénéfice qu’elle fait quotidiennement : une dizaine d’euros.
Pour elle, il est capital de ne dépendre de personne, pas même de ses quatre fils, dont deux sont médecins, qui posent fraternellement sur une photo accrochée au mur. C’est pourquoi toutes les opportunités sont bonnes pour assurer son indépendance économique : elle loue au mois deux chambres dans sa jolie maison, et de temps à autre elle achète un cochon vivant, le sacrifie, le cuisine et le vend… Sodelba économise peu : lorsque ses activités lui permettent de générer suffisamment d’argent, elle l’investit dans l’amélioration de sa maison. Après avoir refait le porche, la prochaine étape est la réfection du toit. C’est pourquoi les micro-crédits d’AFODENIC lui sont d’une grande aide, lui permettant d’obtenir le capital nécessaire à l’achat de ses matières premières…

Excellentes clientes, Sodelba comme Ana María en sont à plus d’une dizaine de crédits contractés chez AFODENIC. Vous avez été 6 Babyloaniens à soutenir le projet de Sodelba et 7 Babyloaniens à soutenir celui de Ana Maria. Merci à vous.

Billet précédent Billet sivant

Vous Pourriez Aimer

Pas de Commentaires

Laisser un commentaire


*