Browsing Tag

agriculture

Nos partenaires sur le terrain

Etre agricultrice au Vietnam

Thu, Chiem et Mai habitent en pleine campagne dans la province de Hanoï. Ces trois agricultrices vietnamiennes sont parentes, mais ce n’est pas le seul lien qui unit ces voisines : notre partenaire terrain (Seda) leur accorde des microcrédits depuis plusieurs années. Elles font pousser choux, concombres, carottes, qu’elles revendent au détail sur le marché ou en gros. Leurs légumes sont plébiscités par leurs clients comme étant les meilleurs du coin, et une telle réputation de qualité ne s’acquiert pas sans effort, physique évidemment, mais aussi financier !

Thu et Ms Ha, manager chez Seda

Thu rembourse actuellement son 5ème prêt, d’un montant de 350€. Grâce à cet argent, elle peut cultiver de plus en plus de légumes, et élever 2 cochons. Avant cela, cette jeune maman de 3 enfants recevait un maigre salaire d’ouvrière. Elle affirme que le microcrédit a un impact très positif sur la vie de sa famille, car la procédure pour obtenir un crédit auprès d’une banque commerciale est beaucoup trop complexe et sélective et elle n’aurait jamais pu obtenir d’argent par ce biais là. D’autant qu’une banque commerciale n’offre pas la flexibilité du microcrédit en matière d’échelonnement des remboursements.

Outre le gain financier, être son propre patron lui permet notamment de voir davantage ses enfants, puisqu’elle peut déjeuner chez elle avec eux lorsqu’ils rentrent de l’école à vélo. Elle a également décidé de placer chaque semaine une partie de son revenu sur un compte épargne chez Seda, au cas où elle doive faire face à un évènement inattendu. Son mari est maçon, et leur revenu cumulé leur permet d’offrir à leurs enfants une bonne éducation ainsi qu’un foyer confortable. Dong, l’aînée, parle bien anglais et lorsqu’elle me dit qu’elle rêve de devenir professeur, les yeux de sa maman brillent de fierté !

Continuer la lecture

Nos partenaires sur le terrain

Des nouvelles de Dinh, éleveuse de poules au Vietnam

L'un des poulaillers de Dinh

Dinh a 43 ans, elle vit avec son mari et ses deux enfants dans un petit village du district de Dong Anh, une zone essentiellement rurale en périphérie de Hanoi. C’est autour d’une tasse de thé qu’elle raconte l’impact du microcrédit contracté auprès de Seda, l’IMF partenaire de Babyloan au Vietnam, sur la vie de son foyer. Dinh est une cliente de longue date : elle est actuellement en train de rembourser son 7ème prêt !

Elle élève aujourd’hui 300 poules, 160 canards, et quelques cochons. La vente des œufs de ses volailles constitue sa principale source de revenu. Depuis 2004, ces prêts successifs lui ont permis d’acheter davantage de poussins, suffisamment de nourriture pour tous ses petits protégés, et d’aménager ses poulaillers pour accroître son élevage.

Comme tous les clients de Seda, elle fait partie d’un groupe de 5 micro-entrepreneurs, tous de proches voisins avec lesquels elle entretient de bonnes relations. Une bonne entente au sein du groupe est essentielle, car si l’un des membres rencontre un problème qui l’empêche de rembourser selon les termes du contrat signé avec Seda, ce sont les autres membres du groupe qui doivent rembourser pour lui en vertu du mécanisme de caution solidaire qui les unit. Il est donc primordial que la confiance règne !

L’augmentation de ses revenus liée à la vente des œufs lui a permis d’économiser pour acheter des équipements électriques pour sa maison, notamment une télévision. Au Vietnam, posséder une TV est un indicateur de base du niveau de vie d’un foyer. Pour Dinh, qui vit dans une zone isolée, c’est une véritable fenêtre sur le monde qui l’entoure mais qu’elle n’a pas la chance de connaître : elle affirme être heureuse de pouvoir ainsi acquérir davantage de connaissances sur la société. Il y a deux ans, elle a également pu troquer sa bicyclette contre un vélo à moteur, ce qui lui permet de démarcher davantage de clients pour vendre ses œufs en économisant son souffle !

L'une des clefs du succès de Dinh!

Lors des réunions de groupe, elle a pu partager son expérience avec d’autres microentrepreneurs et bénéficier des conseils de son agent de crédit pour améliorer la rentabilité de son activité. Les liens créés avec cette dernière sont très forts, elle est devenue une véritable « petite sœur » qui rend même parfois visite à Dinh simplement pour prendre de ses nouvelles. Un bel exemple de l’accompagnement personnel au cœur la microfinance : au-delà d’un service financier, elle repose bien sur une relation profondément humaine.

A la conquête de nouveaux clients!