Browsing Tag

forum

L'agenda

Babyloan vous donne rendez-vous autour du thème du partage à la Cité de la Réussite

Samedi 20 octobre de 18h30 à 20h, Arnaud Poissonnier, interviendra sur le thème « Quel projet social pour la philanthropie ? » , dans le cadre du forum La Cité de la Réussite ! Comment une société peut-elle réellement fonctionner autour de la notion de partage ? Aux côtés de Francis Charhon, Directeur général de la Fondation de France et de François Lemarchand, Président de la Fondation Nature et Découvertes, le co-fondateur de Babyloan répondra aux questions des étudiants et du public sur le type de société à laquelle on peut aspirer.

Pour sa 18ème édition, La Cité de la Réussite – le forum incontournable des débats culturels, économiques, scientifiques et politiques– aura lieu du 19 au 21 octobre 2012 à La Sorbonne et réunira les citoyens autour de plus de 150 personnalités (dirigeants, responsables publics, artistes, penseurs, journalistes,…).

Cette 18ème édition mettra l’accent sur la notion de Partage, qui « est au cœur de ce qui fonde, construit et fait grandir l’Humanité » avec des intervenants de prestige tels que Michel Barnier –commissaire européen–, Delphine Batho –Ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie–, Anne Hidalgo –première adjointe au Maire de Paris–, Jean-Claude Kaufmann –directeur de recherche au CNRS–, Lilian Thuram –Président de la Fondation Lilian Thuram-Education contre le racisme– , et bien d’autres…

Alors, participez vous aussi à ces « trois jours de débats et d’échange pour mieux comprendre le monde » en vous inscrivant ici.
Les frais de participation sont de 6€ par conférence.

L'équipe

Convergences2015, c’est terminé ! C’était …

…des conférences où fusaient les expériences

Les sujets étaient vastes et ambitieux, les salles pleines, les parcours de chacun aussi captivants qu’inspirants.

Le fondateur de Babyloan, Arnaud Poissonnier, participait hier à la conférence portant sur les moyens de financer un projet solidaire. La salle pleine d’auditeurs fut notamment intriguée par ces nouveaux investisseurs que sont les « actionnaires sociaux ». En investissant dans des « social businesses » (entreprises ne faisant pas de pertes et ne reversant pas de dividendes), ces financeurs font émerger de nouveaux projets solidaires. A la fin de cette rencontre, Arnaud a osé une petite ouverture : Et si les entreprises sociales pouvaient elles aussi faire appel à des bénévoles, solliciter des donations ou encore profiter d’avantages de la part de l’Etat ?

Intervenants ou simples participants, étudiants ou professionnels, professionnels de l’ESS ou de l’Entrepreneuriat Social, une idée a mis tous les acteurs d’accord lors de ces trois jours de rencontres : Un réel effort éducatif doit être fait pour démocratiser l’idée que l’entreprise peut être à nouveau au service de la société. Il faut décloisonner les frontières pour favoriser les partenariats multi-acteurs entre associations, ONG et entreprises sur des projets solidaires. Une véritable révolution culturelle doit être mise en marche.

…deux grandes soirées

– mercredi soir : « Les médias peuvent-ils changer le monde ? »

Babyloan a relevé pour vous les idées-phares des participants du débat :

Didier Pourquery, directeur adjoint aux rédactions du Monde : « Aujourd’hui il y a beaucoup de journalistes qui ne sont plus cyniques ». Face à la crise des médias, il a rappelé qu’il fallait redonner envie aux lecteurs de continuer d’entretenir une relation de confiance avec la presse.

Rahul Kansal, directeur de la rédaction du Times of India, a répondu haut et fort  à la question de la soirée. Face à ce qu’il a nommé être les échecs du politique dans son pays, il a affirmé: « Newspapers are activists ».

Christian de Boisredon, fondateur de Sparknews :  « Un journaliste qui avait écrit un article sur Yunus et le social business a été lu par un entrepreneur Chilien. Résultat ? 30 000 emplois. ». Voilà selon lui un exemple l’impact incroyable des médias.

Monique Villa, directrice générale de la fondation Thomson Reuters a rappelé l’importance de respecter un temps de réflexion avant de se lancer dans un projet : « Lorsqu’on fait ce qu’il faut faire au moment où il faut le faire, le succès est au rendez-vous ».

« Changer le monde », cela veut-il dire pour les médias devenir uniquement le relais des initiatives de demain ? Les journalistes doivent-ils informer des problèmes ou des solutions ? Sans du tout prôner l’ère de l’alter-média (où seules les « bonnes nouvelles » seraient relayées), les participants au débat ont en cœur reconnu qu’il était important de donner plus de visibilité aux initiatives solidaires et pérennes.

– soirée « Youth we can »

Une véritable soirée à l’américaine qui, soufflant sur la salle du grand auditorium un immense vent de « social dream », a réveillé en chacun l’envie de devenir acteur d’un monde qui doit changer. Une soirée qui a sans doute apporté beaucoup de confiance aux aspirants entrepreneurs sociaux grâce aux témoignages des intervenants : « Never give up ! » « Ne vous formalisez pas devant l’échec car c’est toujours le meilleur moyen de savoir ce qui marche ! ».

… et l’envie de vous remercier !

Merci à ceux qui nous connaissaient et à ceux qui nous découvraient d’être venus à notre rencontre. La curiosité était là, les sourires aussi et on a beaucoup aimé découvrir de nouvelles choses en discutant avec vous. D’ici l’année prochaine, nous vous souhaitons à tous de beaux progrès dans vos petits ou grands  projets solidaires !