Browsing Tag

micro-entrepreneuse

Non classé

Nos micro-entrepreneurs se présentent en vidéos

Trois étudiants de l’association « Les Routes du développement » sont partis à la rencontre de quatre entrepreneurs de Babyloan au Pérou : la première vidéo est en ligne !

Profitons-en pour en savoir un peu plus sur cette association étudiante :

Pouvez-vous vous présenter aux Babyloaniens ?

« Les routes du développement », née en 2009 mène chaque année 2 ou 3 étudiants de l’EDHEC à partir au Pérou pendant six mois, pour travailler aux côtés d’institutions de micro-finance. Cette année, le travail aux côtés d’Edaprospo nous a amenés à échanger beaucoup avec les clients de l’IMF, d’où l’idée de réaliser des vidéos pour Babyloan. Nous avons Continuer la lecture

Non classé

19 babyloaniens mobilisés pour Rocio, entrepreneuse au Costa Rica

Rocio, 52 ans, est mariée à un médecin et a trois enfants. Adorant cuisiner elle a démarré son activité grâce à une de ses amies qui achetait les petits plats qu’elle préparait. Rocio offre donc actuellement un service de restauration. Elle a appelé son entreprise NOA Catering, d’après les prénoms de ces enfants (Natalia, Orlando et Alexander). Cette activité lui permet de gagner sa vie et de couvrir les charges du foyer.

En Décembre 2012, Rocio avait besoin d’un Continuer la lecture

Nos partenaires sur le terrain

Des nouvelles de Carmen Teresa, couturière en Equateur !

Vous avez été plus d’une vingtaine à financer cette micro-entrepreneuse équatorienne sur notre site, individuellement, par groupe, ou à travers des Défis Solidaires (comme celui de DDB Share). Grâce à notre partenaire terrain CEPESIU nous avons récemment reçu de ses nouvelles. Venez découvrir son histoire !

Carmen Teresa Valdiviezo Guevar est une micro-entrepreneuse de 44 ans. Elle vit avec son mari et ses trois enfants à San Jose de Tapi, quartier au sud de la ville de Riobamba, à 200 km au Sud de Quito, la capitale.

C’est grâce à sa mère que Carmen a appris à coudre et Continuer la lecture

Nos partenaires sur le terrain

Pour la rentrée, passez chez Dédé !

La rentrée scolaire, c’est en ce moment au Togo. Cahiers, stylos…Dédé a eu la bonne idée de proposer tout ce qu’il faut aux écoliers pour bien commencer l’année. Découvrez le parcours de cette femme pleine de talents :

Au Togo, si en partant de Lomé on prend la route côtière qui longe le golfe de Guinée, on arrive au bout d’une demi-heure environ à Aneho, autrefois la capitale du pays. C’est là qu’habitent Dédé, une maman d’une quarantaine d’années, ses trois enfants et son mari. Le revenu de son mari, mécanicien, ne suffit pas à nourrir la famille. Dédé a donc commencé par monter son propre petit atelier, « La Belle Couture ». Mais comme beaucoup de micro-entrepreneurs, cette couturière de 44 ans s’est vue obligée de diversifier son activité. Elle s’est donc mise à proposer aux femmes du quartier dans sa boutique des tissus dentelés ou imprimés de motifs (les fameux « pagnes ») ainsi que des chaussures et des sacs à main. Grâce à un premier financement sur Babyloan qui fut relayé par notre partenaire sur le terrain, Wages, elle a pu développer cette activité.

Aujourd’hui, la famille s’est agrandie et Dédé cherche une nouvelle source de revenus.  La rentrée approchant, elle a eu la bonne idée de fournir aux écoliers du quartier de quoi bien commencer l’année. Stylos, trousse et cahiers, tout pour bien travailler ! Elle a pour cela demandé un nouveau financement à Wages via Babyloan.

Cliquez ici pour soutenir le projet de Dédé

Nos partenaires sur le terrain

Babyloan s’engage auprès des femmes de la bande de Gaza

Babyloan lance ce mois-ci un nouveau partenariat avec ASALA, une IMF palestinienne, travaillant essentiellement dans la bande de Gaza. Cette IMF, entièrement dédiée aux femmes, a une forte  mission sociale et souhaite défendre la place des femmes dans la société palestinienne.

Les internautes pourront donc désormais financer les projets de ces femmes entrepreneuses palestiniennes qui vivent dans des conditions difficiles, afin de leur permettre de gagner plus d’indépendance financière et de mieux affirmer leur rôle social et économique dans une société  essentiellement masculine.

La décision de se lancer dans ce partenariat n’a pas été facile à prendre pour Babyloan, dans la mesure où celui-ci reste risqué compte tenu du contexte politique et économique palestinien. En effet, ASALA travaille au cœur du conflit qui persiste entre Israël et la Palestine depuis plus de 60 ans. Celui-ci est en constante évolution et la situation économique et sociale des habitants de la bande de Gaza est fortement soumise à ces évolutions. Les activités d’ASALA peuvent donc être gravement impactées à tout moment par un incident politique lié au conflit malgré la longue expérience de l’IMF et la mise  en place de méthodes lui permettant de réagir vite aux situations de crise.

Babyloan mènera donc une veille de risque particulière sur ce partenariat et tiendra informés le plus possible les internautes prêteurs de toutes les évolutions qui pourraient constituer un risque important pour ASALA et ses clientes.

Malgré les risques que comporte ce partenariat, celui-ci est symbolique pour Babyloan. En effet, le secteur de la microfinance en Palestine est souvent délaissé par les investisseurs étrangers alors que la demande en microcrédit est en plein essor et que les taux de remboursements sont étonnamment bons pour un pays en crise. Les IMF s’adaptent à ce contexte de crise en mettant par exemple en place (avec l’aide d’organismes étrangers) des systèmes de garantie pour des impayés qui sont imputables au contexte politique comme les destructions ou les décès suite aux opérations militaires, les emprisonnements pour raison politique ou encore les situations de couvre-feu et de confiscation des terres.

Ce partenariat nous permet donc de faire un nouveau pas dans notre engagement envers les exclus des systèmes bancaires, en soutenant une IMF à forte mission sociale évoluant dans une zone marginalisée et auprès de populations particulièrement défavorisées.

Nous souhaitons permettre aux internautes prêteurs de s’impliquer auprès des populations qui vivent quotidiennement la situation conflictuelle du Proche-Orient, situation que nous connaissons tous au travers des médias. Le taux de chômage de 40 % dans la bande de Gaza est un des plus élevé au monde et 70 % de la population y vit en dessous du seuil de pauvreté en 2009.

Permettre à des femmes palestiniennes entrepreneuses de réaliser leur projet est un moyen d’améliorer leur quotidien et celui de leur famille, de les aider à se projeter dans l’avenir et à construire au milieu d’un environnement de destruction.

Soutenez la cafétéria de Samah ou l’épicerie de Safaa , les premiers projets  en ligne.

Nos partenaires sur le terrain

Domitila, sur les marchés de Lima

Matthieu est volontaire auprès de notre partenaire Edaprospo à Lima au Pérou. Il a rencontré Domitila, une micro-entrepreneuse qui bénéficie de prêts de la part de la communauté Babyloanienne.

« Au cours de mon séjour d’un mois dans l’agence de Los Olivos au nord de Lima, je suis allé à la rencontre de Domitila sur le marché de La Huaca, où elle travaille tous les jours. Domitila est une entrepreneuse de 46 ans, elle élève seule ses cinq enfants et elle tient ici un étal de vente de pommes de terre. On y trouve de nombreuses variétés de pommes de terre et notamment la pomme de terre traditionnelle du Pérou, « l’amarilla peruanita » cultivée sur les hauts-plateaux de l’Altiplano qu’elle vend aux passants avec énergie et bonne humeur.

Domitila fait partie du groupe « La Vita Nova », groupe solidaire composé de onze membres qu’elle a connu par l’intermédiaire d’un agent de crédit déambulant dans le marché. Il l’a mise en relation avec d’autres commerçants du marché qui souhaitaient former un groupe pour pouvoir emprunter ensemble auprès d’Edaprospo. Domitila est actuellement trésorière de ce groupe qui existe depuis maintenant quatre ans et demi après en avoir été présidente à ses débuts. En tant que trésorière, elle s’occupe de surveiller que tous les membres du groupe payent bien leurs intérêts et vérifie donc les montants déposés sur le compte commun du groupe auprès de leur banque.

Domitila travaille sur deux marchés différents dans la journée : sur celui de La Huaca de 7h à 15h et ensuite sur celui de La Parada à quelques kilomètres de là de 16h à 20h. Elle gère seule cette petite entreprise depuis plus de 15 ans et cela lui demande beaucoup d’organisation. Elle doit chaque jour acheter ses pommes de terre auprès des grossistes du marché central de Lima à plus d’une heure de son domicile, puis les faire expédier au marché de La Huaca et ensuite les transférer sur celui de La Parada. Continuer la lecture