Browsing Tag

web solidaire

Non classé, Social business & nouvelles solidarités

Le web, vecteur fort pour la solidarité

« Le web est-il en train de révolutionner la solidarité? ». C’est la thématique de la conférence qui s’est déroulé hier lors du Salon des solidarités et dont la salle comble fut révélatrice de l’intérêt porté à ce sujet dans un environnement où rien ne se fait sans les nouvelles technologies. En ce troisième et dernier jour du Salon, nous avons posé 4 questions à Ismaël le Mouël, fondateur de la plateforme Mailforgood, qui intervenait hier lors de la conférence.


ismael le mouel.jpgPouvez-vous nous dire deux mots de vos activités ?

A la recherche de projets concrets, portant sur des thématiques précises, on ne sait  pas nécessairement vers quelle association se tourner lorsqu’on souhaite aider. En effet, si les grandes associations parviennent à se faire connaître, les plus petites ne bénéficient pas de la même puissance de communication.  Pour favoriser la rencontre entre les associations et leurs publics, j’ai créé Mailforgood, un moteur de recherche permettant de trouver une association dont l’action vous parle.

Une fois que vous avez trouvé une association qui lui plait, nous vous proposons de contribuer à son financement de deux moyens :

–  le « don minute », entièrement gratuit : en visionnant simplement une publicité de quelques secondes, vous générez 5 centimes pour une association. Vous pouvez répéter ce geste de façon régulière.

–  le don par carte bleue en ligne, avec émission automatique d’un reçu fiscal le cas échéant.

Le service est évidemment entièrement gratuit pour les associations, que nous invitions toutes à venir s’inscrire sur la plateforme.

Pensez-vous que le web sera demain l’un des principaux vecteurs de solidarité ?

Le web est un formidable outil de partage de données et de connaissances, et est en passe de devenir le premier vecteur d’information au monde ! 3,2 milliards de likes et de commentaires par jour sont réalisés sur Facebook. Le web a révolutionné les relations sociales, la communication, et le commerce, pourquoi pas la solidarité?

Partager une cause qui nous est chère va devenir un geste naturel. Et par conséquent, oui, le web va réellement devenir un vecteur fort pour la solidarité.

Qu’est-ce qu’il y a de si innovant dans le web solidaire ?mailforgood.bmp

Ce que je trouve magique c’est la capacité du web à faire découvrir des choses, et cela s’applique  à la solidarité. Avec la géolocalisation et facebook notamment, il va bientôt être possible de découvrir des associations près de chez vous, soutenues par certains de vos amis, et qui collent à vos centres d’intérêt. Internet permet finalement de rapprocher l’association et ses soutiens.  Je pense que demain nous passerons par internet pour trouver une super association à soutenir, aussi facilement qu’aujourd’hui nous passons par internet pour trouver un bon restaurant…

Comment imaginer-vous l’avenir de la solidarité ?

La génération des digital natives, dont je fais partie, s’est construite avec Internet, sur des nouveaux modèles, basés sur la participation et les communautés. Internet a changé notre façon de communiquer, de percevoir, de travailler, de vivre…  Internet est j’espère un outil qui va nous permettre de devenir tous des acteurs du changement ! Je rêve d’une société ou tout le monde a les moyens de devenir solidaire, et d’avoir un impact à son échelle !

Social business & nouvelles solidarités

Quand la web TV s’empare de la solidarité.

Le Salon des solidarités fait un peu de place au Web 2.0. En effet, l’internet est un outil de communication et de mobilisation que la solidarité ne peut pas omettre. La grande conférence sur « Le web est-il en train de révolutionner la solidarité? » le prouve. Quelques questions à Laure Drévillon, fondatrice et présidente de La Chaine du cœur.

Pouvez-vous nous dire deux mots de vos activités ?

One Heart Channel Communication  est le premier groupe multimédia digital spécialisé dans la médiatisation et la communication de projets porteurs de Sens.

Convaincu de l’importance de créer un média de la Solidarité à l’ère du WEB.2.0,  One Heart Channel a lancé sa web TV : La Chaine du Cœur. Cette chaîne est également disponible sur la TV connectée, qui connaît un bel essor. Chaque jour, la Chaine du Cœur met en avant toute l’actualité de la Solidarité et les personnes qui la composent. Son but : sensibiliser le grand public, et donner envie d’agir! Les internautes peuvent découvrir les actions menées par les associations par des reportages, des appels au don, au bénévolat.

Pensez-vous que le web sera demain l’un des principaux vecteurs de solidarité ?

Le Web est déjà un des principaux vecteurs de la Solidarité d’aujourd’hui : c’est un véritable  levier de fonds de dons et de participations aux actions solidaires en ligne. Les chiffres le démontrent : les dons en ligne ne cessent d’augmenter : les dons en ligne sont évalués à 3% des dons total récoltés en France en 2011, augmentant de 66% depuis 2006!

Avec l’explosion des réseaux sociaux, certaines causes arrivent à mobiliser « virtuellement » en peu de temps des milliers d’internautes… Reste à convertir ce formidable engouement virtuel en actions sur le terrain, comme le bénévolat, en dons constants, et surtout de fidéliser ces e-militants. Le comportement zapping de l’internaute touche aussi la e-solidarité, notre enjeu pour la chaine du cœur c’est que la e-solidarité devienne pérenne et constructive.

Qu’est-ce qu’il y a de si innovant dans le web solidaire ?

Le Web  a bouleversé le comportement des associations et de leur mode de financement :
Internet a permis  d’optimiser la communication des associations.

Avec 30 millions d’internautes en France, les associations peuvent ainsi plus largement toucher un nouveau public. Internet c’est aussi une nouvelle source de financement. Le panier moyen des dons en ligne sont plus importants que le don traditionnel. D’autre part les couts de collecte sont moins importants. Pourtant nous ne sommes qu’au début des dons sur Internet, mais avec l’explosion des réseaux sociaux, des objets connectés et bientôt de la TV connectée, les dons seront partout à la portée de clic!

Enfin une nouvelle forme d’engagement s’est développé avec Internet, les e-bénévoles,  ces nouveaux militants réussissent à mobiliser en peu de temps toute une communauté… reste à savoir bien utiliser cette nouvelle force vive.

Comment imaginer-vous l’avenir de la solidarité ?

L’avenir de la Solidarité est dans le digital, à la portée de tous. Par la fusion de tous les médias, par les objets connectés, par cette facilité de se tenir informé et d’agir…Le digital va permettre au public de s’engager, de participer, de consommer Solidaire en toute transparence.

L'agenda, Non classé

J-1 avant le Salon des Solidarités !

Ça fait un moment qu’on vous en parle, qu’on vous dévoile des surprises, qu’on vous fait saliver, et vous ne savez d’ailleurs plus quoi faire pour patienter ! L’attente est insoutenable, mais courage, le Salon des Solidarités, c’est dans quelques jours ! En attendant, voici encore de quoi vous faire tenir, un en-cas avant le grand festin du 1 au 3 juin !

Si le microcrédit et le web solidaire vous intéressent, et il y a de fortes chances pour que ca soit le cas si vous lisez ces lignes, alors vous serez ravis ! Babyloan a pris soin d’organiser deux grandes conférences, avec des invités prestigieux et des débats sur des thèmes d’actualité !

La première, dont le thème sera « le web est-il en train de révolutionner la solidarité ? », aura lieu Samedi à 14h dans la Salle Ile de France. Cinq acteurs du secteur auront le micro pour en débattre avec vous : Arnaud Poissonnier, le président et co-fondateur de Babyloan, Ismael le Mouel, le créateur de MailforGood, une plateforme gratuite de collecte de don pour associations, Laure Drévillon la fondatrice et présidente de La chaine du cœur, un site internet qui diffuse les  actions solidaires, Benoit Thieulin, fondateur de la Netscouade, une agence digitale spécialiste des sites communautaires et participatifs et Marc Obéron, le réalisateur du film « 8 », un état du monde vu par 8 grands réalisateurs, et créateur d’une plateforme d’action autour de ce film : letempspresse.org.

La deuxième conférence s’intitulera « Le microcrédit, une réponse à la Grande Crise ? » et aura lieu Samedi à 16h dans la Salle de Conférence. Dans un contexte de crise, quel est le potentiel du microcrédit pour recréer de l’activité, sans plomber les comptes publics ? Dans quelle mesure constitue-t-il une « Voie du Milieu » possible ? Quelles mesures doivent accompagner son soutien ? Pour répondre à ces questions, et à bien d’autres, dont les vôtres, Arnaud Poissonnier sera entourés par deux experts en la matière : Catherine Barbaroux et Jean Luc Perron. En 2008, ce dernier est devenu Délégué Général France de la Fondation Grameen Crédit Agricole au moment de sa création. Catherine a succédé Maria Nowak à la tête de l’Adie, l’Association pour le Droit à l’Initiative Économique, l’Institution de Microcrédit pionnière en France.

Continuer la lecture

Social business & nouvelles solidarités

Le web, un nouveau parti politique ?

Que le web soit considéré comme une nouvelle force politique, cela n’est pas nouveau… mais elle semblait être jusqu’alors celle du peuple, de la voix (ou voie -ça marche aussi) citoyenne.
Et c’est d’ailleurs ainsi que se décrit le Web. C’est ce qui explique la force et la beauté de l’outil et justifie l’espoir qu’il peut susciter pour les plus exclus, même si la route de l’égalité numérique est encore longue.

Or s’est tenu hier le E-G8, un rassemblement – souhaité par Nicolas Sarkozy- des grands gourous du Web tels que Mark Zuckerberg (Facebook), Jimmy Wales (Wikipedia), Eric Schmidt (Google), Jeff Bezos (Amazon).

Certes, ces derniers sont plus experts et donc plus à même que l’internaute lambda de tracer  dans les grandes lignes les perspectives d’avenir du web, mais reproduire les schémas traditionnels de prise de décision des sphères politique et économique n’est-il pas inapproprié pour la sphère Web ?… surtout si l’on considère que ces grands manitous ne sont même pas des élus du peuple ? Les débats sur le prix de la propriété intellectuelle sur le Web en sont une  illustration parfaite !

Le Forum Social, émergeant de la vox populi, n’est-il pas une réponse au Forum Economique de Davos parce que celui-ci excluait le plus grand nombre pour ne réunir que les élites? Ne répétons pas l’histoire en créant un « G8 select » autour d’un outil se voulant ouvert à et pour tous?

Peut-être n’est ce qu’une histoire de « dénomination » du forum, mais l’appeler le E-G8 peut mettre de l’eau au moulin de ceux qui pensent qu’il n’est qu’un moyen pour les gouvernements de prendre le contrôle de l’Internet et de l’instrumentaliser. A en lire l’ordre du jour, il semblerait en effet plus orienté vers l’économie débattue entre milliardaires que de plateforme de débat tournée vers les usagers.

N’est-on pas en train d’  « élitiser » l’outil se voulant le plus formidablement démocratique et le plus efficace de l’action collective citoyenne ? Ne nous faisons-nous pas déposséder de notre nouvel instrument politique qui s’ajoute (se substitue ?) au vote dans les urnes de plus en plus boudé par les Français ?

Sous-jacente à cette question, se pose surtout celle de l’utilisation que nous faisons du Web. Comme le dit Eric Schmidt, précédemment cité, « le monde crée désormais autant d’informations en 2 jours que ce qui a été créé entre sa création et l’année 2003 » et Internet s’en fait l’écho des millions de fois. Les réseaux sociaux sont devenus aussi bruyants et encombrées que le périphérique Porte d’Orléans un vendredi soir de départ de vacances.  Dans ce chaos, comment s’y retrouver ? Comment faire émerger dans ce brouhaha une ou plutôt plusieurs –et c’est là la force du Web – voix citoyennes ?

Comment organiser la force politique que nous offre le Web ? Je n’ai malheureusement pas la solution à vous apporter mais vous invite à réfléchir à cette question qui nous permettrait certainement de réellement maîtriser le web…et surtout d’en rester maître.